Loading...

  • Herve
    ⁣La mise en œuvre d’un revenu universel d’existence et la promotion de
    l’écologie sociale sont les deux réponses les plus adéquates pour
    surmonter les crises que nous traversons et assurer la relève de notre
    société. L’alternative au statu quo ou au repli nationaliste sous le
    seul prétexte de reconstituer une souveraineté industrielle disparue,
    est l’écologie sociale. Il faudra engager une transition écologique et
    énergétique radicale au niveau européen et permettre le changement
    d’échelle de l’économie sociale et solidaire. Mais le passage à une
    autre société plus tempérante, plus respectueuse des personnes et de
    l’ensemble du vivant suppose que nous changions aussi notre regard sur
    le travail. Reconnaissons que notre société s’est lourdement trompée en
    préférant systématiquement les biens aux liens, la valeur économique à
    la valeur sociale.
    Dans plusieurs pays occidentaux, la proposition
    d’un revenu universel d’existence ou d’un revenu de base est réapparue
    avec la crise du Covid. La réponse sociale française est insuffisante et
    reste arrimée aux cendres d’un monde qui se consume sous nos yeux.
    L’accès au chômage partiel est conditionnel et de surcroît réservé aux
    salariés. Il est loin de couvrir les besoins de tous, notamment des
    indépendants, dont la propagation de l’épidémie et les décisions de
    confinement du gouvernement ont brutalement réduit les revenus à néant.
    Un revenu universel et inconditionnel réparerait cette injustice. Qui
    peut affirmer que d’autres crises sanitaires mondiales liées aux
    conséquences écologiques du néolibéralisme n’auront pas lieu à court
    terme ?
    S’il faut bien sûr prévenir ces crises en reconstituant une
    réponse sanitaire efficace, il faut nous prémunir de leurs conséquences
    économiques et sociales tragiques. Le revenu universel et inconditionnel
    est l’antidote social à la répétition de ces crises sanitaires.
    Il
    est enfin un outil incomparable d’émancipation. On peut aujourd’hui
    avoir un emploi et un salaire sans vivre décemment, sans être
    véritablement libre ni maître de son destin. En libérant chacun d’une
    dépendance exclusive au revenu qu’il tire de l’emploi, le revenu
    universel donne une capacité de négociation et de choix à chaque
    individu. En ce sens, il permet l’exercice d’une citoyenneté intégrale, y
    compris dans l’ordre économique.
    L’émancipation sociale passe par
    cette pratique individuelle de la liberté. Nous ne fabriquerons pas de
    société plus coopérative, moins égoïste et moins cupide sans donner
    davantage d’autonomie et de liberté à chaque citoyen.
    ⁣La mise en œuvre d’un revenu universel d’existence et la promotion de
    l’écologie sociale sont les deux réponses les plus adéquates pour
    surmonter les crises que nous traversons et assurer la relève de notre
    société. L’alternative au statu quo ou au repli nationaliste sous le...Voir plus
    attilax
    5 Novembre
    Laurent Alexandre, cet immonde valet transhumaniste des GAFAM a parfaitement résumé le point de vue de là-haut devant les élèves de sciences Po : "Vous allez devoir gérer les inutiles."
    Herve
    5 Novembre
    ⁣Je suis plutôt dans le regard de l'avancée de la société, j'ai démarré le livre te donnerais mon opinion à la fin. kissing
    attilax
    5 Novembre
    Justement, une belle idée peut être facilement pervertie. Ce qu'ils veulent n'est pas un revenu universel mais un minimum universel, grosse nuance. De plus, ça nous laisse dans une dépendance terrible du bon vouloir de l'état et des gouvernements. Vous faites chier ? Tac, on coupe le robinet. Sooo easy.Justement, une belle idée peut être facilement pervertie. Ce qu'ils veulent n'est pas un revenu universel mais un minimum universel, grosse nuance. De plus, ça nous laisse dans une dépendance terrible...Voir plus
    attilax
    5 Novembre
    Et force est de constater que ce que Hamon proposait, c'était plus proche de Bildeberg que de Bernard Friot.
    Connectez-vous pour commenter